L’expérience d’une ferme au Mali
Lundi 29 octobre 2007 — Dernier ajout mercredi 6 février 2008

Vers une solution au problème alimentaire de l’afrique

développer les productions locales pour un équilibre nationnal.

L’autosuffisance alimentaire est le droit de tout individu de disposer d’une alimentation nécessaire à son équilibre. Les états ont le devoir d’organiser les marchés agricoles pour une meilleure gestion de flux. Cependant la capacité de production des sols africains diminue, il est urgent de redynamiser cette capacité de production locale.

Le projet est porté par des spécialistes assurant une chaîne ininterrompue de compétences complémentaires : partant du concept à sa réalisation, sa pérennisation pour un véritable transfert de connaissances vers les peuples des territoires concernés.

Les motivations des porteurs du projet et de leurs entourages sont exclusivement dictés par :

  1. leur sentiment personnel de ne pas cautionner les dérives actuelles de l’évolution du monde
  2. leur volonté d’agir pour infléchir ces dérives en tant que citoyens du monde épris de justice, de tolérance, de fraternité entre les peuples.
  3. De mettre à la disposition des dirigeants leurs compétences et leurs moyens intellectuels et financiers.

Cela ne peut s’inscrire sans une transposition de modèles et de techniques éprouvés de par le monde.

la création d’une ferme de référence au Mali, introduire, expérimenter les modèles suivants mis en synergie et transposable à l’Afrique :

  1. Ré-appropriation de la fertilité des sols
  2. Limitation de l’érosion
  3. Introduire le modèle du semis direct sous couvert végétal
  4. Valoriser les énergies renouvelables par l’accès aux bio-carburants
  5. Stimuler l’économie locale par le développement de culture de rente telle que le tournesol, l’huile alimentaire ou huile carburant.
  6. Mise à disposition de semences de haute technologie et adaptation des variétés locales
  7. Mettre à disposition la maîtrise de la multiplication de semences et valoriser les ressources variétales locales.
  8. La formation des jeunes paysans et la divulgation de ces techniques agricoles respectueuses des sols et de l’environnement.

Cette ferme de référence est approuvée par les autorités maliennes.

Les applications agronomiques source d’expérimentation seront validées par un comité scientifique. Cette approche est bien entendue forte de motivation, de volontarisme et de déontologie pour le bien des populations locales.