Une ferme de référence au Mali
Mercredi 23 janvier 2008

La recapitalisation de la fertilité des sols subsahariens en Afrique par le bois raméal fragmenté

Expérimentation et recherche agronomique sur une ferme de référence développant les TCS, le Semis Direct, pleinement axée sur l’agriculture de conservtion avec l’utilisation des BRF.

BRF sont les du terme Bois Raméaux Fragmentés. Les suites de l’expérience du Professeur G.Lemieux donnent des résultats spectaculaires, des augmentations des rendements agricoles allant de 30% à 300% selon les cultures et sans utilisations d’engrais ou amendements quelconques.

Aussi surprenant que cela puise paraître, la littérature scientifique n’avait jamais fait mention d’un tel matériau et de tel effets. En posant comme hypothèse de base les résultats obtenus (G.Lemieux et ses confrères) définissent et constatent qu’ils sont en présence d’un phénomène universel qu’est la Pédogenèse.

ils ont établis les principes de l’expérimentation. C’est ainsi que d’autres essais ont pris place en Afrique dans la région subsaharienne du Sénégal, aux Antilles en utilisant la même espèce (Cusuarina équisetifolia) Les résultats confirment les en tous points ceux déjà obtenus, mais le plus souvent multipliés par 4 à 6 en culture maraîchères.

C’est par les champignons basidiomycètes et la dépolymérisation de la lignine, non pas sa dégradation, que les BRF sont en mesure d’induire les mécanismes de base qui régisse la pédogenèse, c’est-à-dire la création et le maintien d’un sol, d’en augmenter le contenu en énergie et en nutriments utilisables par les plantes.

Cette hypothèse fut corroborée par l’expérimentation de NOTTO au Sénégal dès 1993 avec la production de tomate amère (solanum aethiopicum) :

  • une augmentation spectaculaire de rendement
    • plus 180% en tomates
    • plus 290% sur fraises
    • plus 175% sur céréales
  • disparition totale de la faune de nématodes racinaires.
  • très forte réduction du parasite racinaire du sol : sclérotinia

La seconde année le rendement de la récolte doubla encore avec la remise en circuit des nutriments des BRF.

Cette expérience prouve qu’il est possible d’augmenter la fertilité d’un sol sans utiliser d’engrais du type minéral. Cette technique novatrice riche d’enseignement doit permettre aux agronomes de repenser la notion de l’utilité de l’humus.

Toutes les techniques dites de conservation des sols doit donner lieux à des expérimentations sur des fermes de références en Afrique.

Le développement durable alimentaire passera par l’ accroissement de la fertilité des sols en Afrique :

  • les semis directs
  • les cultures sous couvert végétal
  • la rotation des cultures
  • la production d’engrais vert sur base de légumineuses
  • la limitation de l’écobuage

Ces techniques seront cumulés ensembles sur la ferme de référence au Mali, démontrer que l’autonomie alimentaire c’est avant tout la richesse du sol, le rôle de l’humus est primordial.